Mercredi 26 avril, Jacques Attali, l'un des mentors que suivit Emmanuel Macron lors de son ascension fulgurante, qualifiait le sort des centaines de licenciés du site de Whirpool à Amiens d' "anecdote". A la surprise du journaliste qui l'interrogeait, il répondait :

C'est en effet une anecdote dans un contexte plus large de création d'emplois, c'est une anecdote non pas au sens péjoratif du mot mais ça s'inscrit dans un contexte plus large

Ce qui était ajouter à l'outrage le mensonge. Le chômage toutes catégories confondues, tel que mesuré on ne peut plus officiellement par l'INSEE a augmenté continûment de 3,5 millions jusqu'à plus de 6,2 millions depuis 2008 c'est-à-dire pendant les deux derniers quinquennats - dont le dernier où l'influence du conseiller économique puis Ministre de l'Economie Emmanuel Macron put donner à plein - et n'est absolument pas en voie de résorption, contrairement à ce que prétendait Jacques Attali.

Chomage_-_Toutes_categories_-_Metropole_-_1996-2017.jpg

Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi - Ensemble des catégories - France métropolitaine

Continuer dans la même direction ?

Sans doute, le candidat avait le bon sens de ne pas laisser paraître le mépris exposé tout ingénument par le mentor. Il se retrouvait cependant sifflé et chahuté par les ouvriers du site Whirlpool de sa propre ville natale, dont beaucoup n'avaient pas attendu la sortie de Jacques Attali pour se faire une opinion sur son protégé, et sur la politique qu'il défendait.

Macron_a_Whirlpool.jpg

Emmanuel Macron à Whirlpool

Mais qui est Macron, justement ? Qui représente-t-il, et comment comprendre son ascension ?

Voici l'analyse de l'universitaire et journaliste Diana Johnstone, fine connaisseuse de la France.

Original en anglais - Diana Johnstone, 31 mars 2017 pour Counterpunch

Traduction en français - Par l'auteur, traduction déjà publiée par Le Grand Soir

Préambule, liens et notes - Alexis Toulet pour le Noeud Gordien, 27 avril 2017

Il ne faut pas trop rire de l’élection présidentielle française de 2017.  Elle se présente de plus en plus comme la rencontre historique entre deux conceptions de la vie politique, totalement opposées.  D’un côté, la gouvernance, c’est-à-dire la gestion de la société par une élite cooptée, sur le modèle des grandes entreprises.  De l’autre côté, le système traditionnellement appelée « démocratie », c’est-à-dire le choix par le peuple de leurs dirigeants au moyen d’élections libres et équitables.

Souvent dans l’histoire, les événements politiques en France ont marqué les époques et clarifié les dichotomies, à commencer par la distinction, aujourd’hui sur le déclin, entre « gauche » et « droite ».  Cette élection pourrait en être un.

C’est quoi, la “gouvernance”?

Il devient de plus en plus clair que l’élite dirigeante transatlantique a décidé depuis un bon moment que la démocratie représentative traditionnelle ne convient plus au monde globalisé basé sur la libre circulation du capital.  Il faut passer au nouveau système, la « gouvernance », un terme emprunté au monde des affaires.  Il s’agit de la bonne gestion de grandes entreprises, unies dans un seul but et dédiées au maximum d’efficacité.  Cette origine se reconnaît dans certains aspects de la gouvernance politique : l’unanimité quant aux « valeurs » et objectifs ; l’utilisation de comités spécialisés pour traiter certaines questions délicates, un rôle attribué à la « société civile » et aux « organisations non-gouvernementales » ; l’utilisation de la psychologie et de la communication pour former l’opinion publique ; l’isolement des trublions ; et surtout la cooptation des dirigeants.

La vie politique en Occident correspond de plus en plus à cette description. Malgré l'alternance des partis au pouvoir, les politiques les plus fondamentales sont toujours les mêmes.

Aux Etats-Unis, le remplacement de la démocratie par la gouvernance est facilité par le système des deux partis.  Les électeurs n’ont de choix qu’entre deux candidats, tous les deux sélectionnés et approuvés par les principaux actionnaires de l’entreprise nationale.  Tout allait bien jusqu’au moment où la grande favorite de toute l’élite, Hillary Clinton, fut battue par un intrus, Donald Trump.  La réaction hystérique sans précédent montre bien le refus de l’élite de céder le pouvoir à l’outsider, qui est toujours loin d’avoir pris tout le pouvoir. (1)  Quoi qu'il arrive, l’accident Trump illustre le mécontentement grandissant de la part des populations soumises à une globalisation dite inévitable qui les laisse sans perspective.

Hillary Clinton elle-même affectionne le terme « gouvernance » pour qualifier ses objectifs, notamment dans ses relations avec Goldman Sachs et la « société civile ».  Mais même Hillary n’était pourtant pas un produit aussi pur de la gouvernance que le candidat français Emmanuel Macron.

La Gouvernance personnifiée

Il suffit de regarder les couvertures des magazines pour saisir le rôle de Macron dans l’élection actuelle.  Son joli minois accompagne une pléthore d’articles triviaux qui célèbrent le Wunderkind - l'enfant prodige - comme une vedette du show business.  En janvier, la magazine Foreign Policy présentait Macron au public américain comme « le politicien français anglophone et germanophile que l’Europe attend ».

FRANCE-STX-MSC-SHIPYARD

Son parcours professionnel ne laisse aucun doute sur les raisons pour lesquelles les médias apprivoisés perçoivent dans cet Emmanuel-là le Messie de la croissance.

Né à Amiens il y a 39 ans, Emmanuel Macron a passé une grande partie de sa vie à l’école.  Comme la plupart des dirigeants français, Macron a accumulé des diplômes prestigieux. Il a raté l'ENS mais a fait Sciences Po et l'ENA, et fut admis en 2004 à l’Inspection Générale des Finances. A l’IGF il s’est fait remarquer par un homme d’influence, Jean-Pierre Jouyet, qui l’a recommandé à Jacques Attali, le plus spectaculaire des gourous de haut niveau, qui, depuis 35 ans, régale les dirigeants de ses visions futuristes (Jérusalem en tant que future capitale du monde, par exemple). En 2007, Attali a coopté Macron dans sa prestigieuse « Commission pour la libération de la Croissance », chargée par le Président de la République de formuler des recommandations afin de relancer la croissance économique en France.

L’objectif principal de ce cénacle de grands patrons était d’ « instaurer une nouvelle gouvernance au service de la croissance ».

Inutile de souligner que les 40 membres de la commission représentaient les intérêts du grand capital, et pas seulement le capital français.  Parmi les voisins invités à formuler la liste de 316 propositions pour remodeler la France se trouvaient la Deutsche Bank et Nestlé.  Tout ce beau monde légua au jeune Macron un carnet d’adresses bien rempli.

En 2008, sur recommandation d’Attali, Macron est passé à la Banque Rothschild, où il est rapidement devenu millionnaire, grâce à sa commission sur un achat par Nestle qui valait neuf milliards de dollars.

Comment expliquer une ascension digne d’un roman de Balzac ? Il était « impressionnant » se souvient Attali. Emmanuel « était très habile, extrêmement apprécié de tous les membres de la commission. Il n’a antagonisé personne et s’est créé des relations personnelles, et pour un gamin de cet âge, arriver immédiatement à être visible par 40 personnes puissantes, influentes et qui jugent, c’est un accélérateur de carrière extraordinaire. »

Voilà le mot clé de l’ascension sociale : les « relations ».

Alain Minc, un autre bon connaisseur des réseaux du pouvoir, commente la réussite de Macron en expliquant qu’un banquier d’affaires doit être intelligent, souple, rapide et charmant – qualités nécessaires pour « un métier de pute ».

Macron exprime sa sagesse en petites phrases.

« Il faut des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires. »

Ou bien :

« On se fout des programmes! Ce qui compte c’est la vision! »

Il est clair qu’il possède une vision parfaite des sommets.

Comment former les gouverneurs de la gouvernance

Le chemin vers le sommet est balisé de contacts.  L’élite de la gouvernance se reproduit par la cooptation.  Ils se reconnaissent, ils se sentent, ils s’entendent.

Aujourd’hui, en réaction à une telle observation, la police de la pensée risque de crier au complotisme.  Mais il n’y a ni complot ni conspiration car il n’y en a pas besoin. Ceux qui pensent de la même manière s’accordent sans problème. On n’a pas besoin de consigne.

Par ailleurs, les sentinelles de la pensée qui crient « conspi » dans ces cas semblent croire que ceux qui possèdent un immense pouvoir, surtout un pouvoir financier,  ne l’utiliseaient pas.  « Que le peuple décide ! » penseraient-ils généreusement.  A la manière de George Soros, par exemple.

En réalité, ceux qui possèdent beaucoup de pouvoir non seulement l’utilisent, mais ils sont convaincus qu’il doivent l’utiliser, pour le bonheur de l’humanité, pour le bien général. De leur position supérieure, ils ne doutent pas qu’ils savent ce qu’il faut faire, alors pourquoi permettre aux masses ignorantes de causer un gâchis? C’est dans cet esprit qu’il y a quarante ans, David Rockefeller a fondé la Commission Trilatérale, pour remédier à un « excès de démocratie » qui amènerait les classes travailleuses à formuler trop de revendications. (2)

L’idéologie de nos jours fait en sorte que les masses se divertissent en se querellant sur les questions d’identité, sur quel groupe est plus victime que les autres, sur combien de genres faut-il reconnaître, et qui faut-il « haïr » pour lutter contre le crime de « haine ».

Pendant ce temps, les membres de l’élite délibèrent entre eux et décident.

Grâce à Jouyet, en 2007 Macron fut coopté par le club des Gracques, qui se consacre à la propagation des « valeurs » basées sur l’idée que l’Etat social keynésien est dépassé par la globalisation et la construction de l’Europe.

En 2011, Macron fut coopté par le Club de la Rotonde, qui conseilla au Président Hollande d’infliger à la France un “choc de compétitivité” – c’est-à-dire de favoriser l’investissement en réduisant les dépenses publiques et les coûts du travail.

En 2012, Macron fut accueilli par la French-American Foundation, qui se vante de sélectionner les « jeunes leaders » de l’avenir.

En 2014, l’arriviste est arrivé.  Le 31 mai et le 1er juin de cette année, Macron assistait à la réunion annuelle de Bilderberg, tenue à Copenhague.  Cet aréopage de sommités fut fondé en 1954 par le Prince Bernhard des Pays-Bas. Pas un mot n’en sort pour informer le public du consensus qui peut s'y réaliser. (3)

Et le programme? 

Abondamment vu et approuvé, Macron passa du rôle de conseiller du Président Hollande à Ministre de l’Economie, des Finances et du Numérique dans le gouvernement de Manuel Valls, où il se pressa de faire adopter l’agenda de la Commission Attali, sous prétexte de promouvoir la croissance et, bien sûr, de « créer des emplois ».  On compte parmi ses exploits la vente du secteur d’énergie d’Alstom à General Electric (4) contre le refus de son prédécesseur Arnaud Montebourg.

Au gouvernement, Macron a réussi à faire adopter les mesures les plus impopulaires de la Présidence Hollande, ce qui n'est pas peu dire. Sa « Loi pour la Croissance », dite Loi Macron, allait dans le sens des directives de Bruxelles exigeant de nombreuses dérégulations de l’économie, mais n’a pas pu obtenir une majorité au parlement. Elle a dû être adoptée en recourant à l’Article 49.3 de la Constitution qui permet au Premier Ministre d’adopter une loi sans vote du parlement. (5)

Sa réussite suivante, la « réforme » (ou démantèlement) de la Loi Travail, portait le nom de la jeune Ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui donnait un joli visage et une appellation évoquant la « diversité » à une législation qui a suscité des semaines de protestations, divisé le Parti Socialiste et qui obligea Valls à utiliser encore une fois l’Article 49.3.

A la suite de cela, l’histoire passa à l’humour noir.  Le passage « à feu et à sang » de Macron à travers le gouvernement Hollande/Valls a laissé le Parti Socialiste divisé et démoralisé. Suite à quoi, Macron quitte le champ de ruines politiques pour se présenter comme l’alternatif, l’héroïque champion « de l’avenir », « ni droite ni gauche », dans son nouveau mouvement vigoureusement appelé En Marche.  Il condamne ce qu’a fait le gouvernement socialiste dans la perspective de faire la même chose, mais plus intensément et sous une autre étiquette.

En ce moment, Macron arrive en tête des sondages avec Marine Le Pen pour le premier tour.  Les grands médias font ce qu’ils peuvent pour que le charme du banquier suffise pour gagner l’élection à la Présidence de la République.

Les Médias et le Peuple

Malgré l’influence croissante d’Internet, la grande majorité de la population compte toujours sur la télévision et la presse pour s’informer. Dans cette élection, assez déroutante pour les gens peu politisés, les médias ont atteint un record de partialité.  Echaudés par la catastrophe Trump, les gardiens médiatiques de la bonne pensée en France singent leurs collègues américains en cherchant des boucs émissaires à blâmer pour les déconvenues de la gouvernance globale. Cela doit être la faute des Russes ! Ou des « fake news » prodiguées par les sites qui ne suivent pas la ligne du journal Le Monde.

Parmi les onze candidats, les gardiens médiatiques de la bonne pensée s’émerveillent du jeune génie Macron, traitent ses rivaux principaux en délinquants, jettent quelques os aux petits candidats anodins, et ignorent les autres.  Soutenu par les grands médias, Macron est le candidat de la gouvernance autoritaire, contre tout ce qui reste de la démocratie française.


1 - C'est bien plutôt le contraire exact qui est confirmé de semaine en semaine depuis l'investiture de Donald Trump

2 - Qu'on en juge sur pièces, dans le texte même du rapport de la Commission Trilatérale en 1975 (en anglais)

Certains des problèmes de gouvernance dans les Etats-Unis résultent aujourd'hui d'un excès de démocratie (...) Une plus grande modération de la démocratie est au contraire nécessaire.

Comme le remarque à raison Diana Johnstone, il n'y aucune conspiration - parce que rien n'est dissimulé.

3 - C'est certes le droit le plus strict des puissants de ce monde - des mondes politique, économique, médiatique, etc. - que de se réunir pour discuter de leurs intérêts communs. Le point remarquable étant la discrétion absolue sur le contenu comme les conclusions des échanges. Sans doute un effort pour parer tout "excès de démocratie"...

4 - Une opération tout-à-fait positive du point de vue des intérêts des Etats-Unis naturellement. Le problème étant qu'Emmanuel Macron était bien censé être ministre français de l'Economie, et non américain...

5 - Emmanuel Macron a d'ailleurs déclaré ouvertement qu'en cas d'élection il utiliserait à plein cette méthode, dès le début de son mandat. La dérégulation n'attend pas.