jeudi 27 avril 2017

Présidentielle - La Gouvernance contre le Peuple

Chomage_-_Toutes_categories_-_Metropole_-_1996-2017.jpg

Peu avant le premier tour de l'élection présidentielle, Diana Johnstone, universitaire et journaliste américaine, opposante active à la guerre du Viêt Nam puis critique déterminée de la politique militaire américaine dans les décennies qui suivirent, et depuis longtemps établie à Paris publiait une analyse percutante du phénomène Macron.

Ce « regard américain de gauche » sur le président d'En Marche éclaire grandement les enjeux de l'éventuelle accession au pouvoir d'Emmanuel Macron, et il prend encore plus de sens à l'approche du second tour et d'un choix qui promet d'être historique. Or, ce qu'il met à jour est plus qu'inquiétant...

Lire la suite

mardi 25 avril 2017

Marine Le Pen à l'Elysée - La fenêtre d'opportunité est étroite mais elle est bel et bien ouverte

Macron_Le_Pen_2eme_tour_-_24_avril.png

Après la qualification d'Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, l'ensemble des milieux d'affaire, financiers et des institutions européennes a poussé un grand soupir de soulagement. L'élection du jeune ancien ministre paraît non seulement probable, mais même pratiquement assurée - non assurée quoi qu'il en soit vont jusqu'à dire plus d'un.

Or la stratégie politique de Marine Le Pen est claire, les fragilités de son adversaire également, et si la fenêtre d'opportunité pour l'élection cette année de la première présidente de la République est étroite, elle est bel et bien ouverte.

Lire la suite

vendredi 21 avril 2017

Présidentielle - Protéger ou disparaître, la peur et l'espérance

Proteger_ou_disparaitre.jpg

A la veille de la présidentielle, l’essentiel apparaît plus clairement que jamais. Après une génération de descente lente mais qui s’accélère vers toujours plus d’insécurité économique, alors que non seulement les emplois, mais les personnes sont lourdement menacées en même temps que l’avenir du pays, les élites gouvernementales sont confrontées à l’alternative soit de remplir le rôle premier de l’Etat la protection – soit de disparaître.

Placés en face de la possibilité bien réelle de perdre le contrôle, les plus puissants s’inquiètent voire paniquent, en France et ailleurs, et ils tentent de communiquer leur effroi et de le marteler pour influencer la décision des citoyens.

Qu’est-ce qui l’emportera chez les Français, de la peur ou de l’espoir ? Rien n’est joué d’avance, car à la fois peur et espérance sont des passions puissantes.

Lire la suite

jeudi 20 avril 2017

Présidentielle - Le nouveau rapport de force, qui sera au second tour contre Le Pen, ou la Grande Peur des puissants

Intentions_-_hors_IAB_-_19_avril.png

A trois jours du premier tour, le rapport de force entre les principaux candidats, évalué en tenant compte du facteur essentiel qu'est l'incertitude des électeurs, continue comme à fin mars à faire apparaître une nette avance de Le Pen.

Le facteur nouveau est l'ascension remarquée de Mélenchon, qui se place cependant derrière Macron et Fillon, toujours au coude-à-coude. L'identité de l'adversaire de second tour de la présidente du Front National est encore plus incertaine qu'auparavant, et le scénario hier relativement marginal d'un second tour Le Pen - Mélenchon n'est pas à exclure.

Lire la suite

lundi 3 avril 2017

Brexit et discorde, l'urgence d'une Europe des patries

Europe_Atlantique_Oural.jpg

La négociation sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne qui va bientôt commencer promet d'opposer âprement les intérêts des deux parties, et surtout de conduire à une aggravation de la discorde entre Londres et le Continent. C'est en réalité une opposition structurelle qui menace très fortement de s'installer.

Malgré la disproportion des forces en présence, l'Union européenne est en réalité la partie la plus vulnérable. Le Brexit est à la fois un signe et un facteur d'échec supplémentaire de la tentative d'unification supranationale de l'Europe. Surtout, les discordes que provoquent cette tentative, et qui menacent de s'aggraver de tous côtés, risquent à terme de ruiner la bienveillance réciproque que les peuples européens ont observé l'un envers l'autre depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Le modèle alternatif est connu, une "Europe des patries" regroupant de manière légère par des coopérations l'ensemble des pays entre l'Atlantique et l'Oural. Mais est-il encore possible ?

Lire la suite

- page 2 de 9 -